Développement applicatif

Les mécanismes pour faciliter l’évaluation de l’interopérabilité

Publié le 18/01/2022 Par Gabriel Da Silva Serapiao Leal

Comment faciliter l’évaluation de l’interopérabilité des systèmes ? En choisissant le mécanisme le plus adapté à votre SI en place. Présentation des différentes approches existantes par Gabriel Serapiao Leal.

Après avoir abordé le processus général d’évaluation qui pourrait être suivi pour évaluer le degré d’interopérabilité des systèmes concernés, cet article présente les mécanismes généraux d’évaluation qui peuvent être utilisés et adaptés aux projets d’interopérabilité. L’occasion de présenter également certaines des approches existantes.

Afin de planifier les actions de transformation visant à améliorer l’interopérabilité des systèmes, une évaluation de la situation en cours peut être effectuée1. Objectif : déterminer, quantitativement ou qualitativement, l’état d’un système quant à sa capacité à interopérer2. Les résultats de cette évaluation peuvent ainsi servir à identifier les problèmes potentiels d’interopérabilité et aider les décideurs à mettre en œuvre les améliorations nécessaires pour éviter, réduire et résoudre les problèmes identifiés.

un homme qui explique des données

Mécanismes généraux d’évaluation de l’interopérabilité

Les mécanismes d’évaluation représentent toutes les procédures, méthodes et méthodologies utilisées lors de l’évaluation. Nous abordons ci-dessous les principes des mécanismes de contextualisation d’un projet, de collecte et de validation des données ainsi que le mécanisme de notation.

Cadrage d’un projet d’évaluation de l’interopérabilité

Pour définir la portée du projet, l’approche QQOQCCP peut être utilisée. Cette approche consiste à répondre à 7 questions factuelles sur le sujet en question.

Ces 7 questions permettant de conceptualiser le périmètre de l’évaluation de l’interopérabilité sont présentées dans le tableau ci-dessous.

QuestionDescription
Pourquoi ?La réponse à cette question doit indiquer la raison de l’évaluation de l’interopérabilité. Pourquoi une telle évaluation devrait-elle être effectuée ? Dans quel but ? La réponse identifiera le type d’évaluation à adopter.
Quoi ?La réponse à cette question doit identifier ce qui sera fait. C’est-à-dire déterminer les systèmes concernés et les exigences d’interopérabilité en fonction de l’objectif de l’évaluation.
Comment ?La réponse à cette question doit identifier et décrire les méthodes, mécanismes et procédures à suivre. Par exemple, elle doit indiquer comment les exigences d’interopérabilité seront évaluées.
Qui ?La réponse à cette question doit identifier tous les participants potentiels à l’évaluation : le sponsor, les équipes d’évaluation et les fournisseurs d’informations.
Où ?La réponse à cette question doit identifier les endroits où l’évaluation sera effectuée.
Quand ?La réponse à cette question doit mettre en évidence le temps prévu pour la réalisation de l’évaluation, y compris les différents délais, les itérations, etc.
Combien ?La réponse à cette question doit mettre en évidence la quantité de ressources (humaines et non humaines) et le coût attendu du projet d’évaluation.
Tableau 1. Les questions QQOQCCP pour cadrer l’évaluation

Mécanismes de collecte et de validation des données

collecte de données

Nous identifions quatre principaux mécanismes de collecte de données : les questionnaires, les entretiens, les groupes de discussion et les documents.

Les questionnaires

Les questionnaires intègrent un ensemble de questions pertinentes au regard du domaine concerné. Leur but est de collecter des données, vérifier les faits et explorer les options. Les questionnaires peuvent être sur papier ou prendre la forme d’enquêtes uniquement. Les questions qu’ils incluent sont de deux ordres :

  • Les questions ouvertes dont la réponse peut être librement formulée par les participants ;
  • Et les questions fermées qui proposent au minimum deux réponses prédéfinies sans possibilité pour les participants d’exprimer une autre réponse que celle déjà présente dans les formulaires.

Les entretiens

Une entrevue a pour objectif de recueillir des données d’un participant d’une manière plus large. En effet, un entretien (en face à face, conférence visio, voire par téléphone) peut fournir des informations implicites qui ne peuvent être perçues à partir de questionnaires. L’entretien tente en quelque sorte d’explorer le côté humain (expériences, attentes et émotions) de la personne interrogée plutôt que seulement les faits. Par conséquent, les enquêteurs doivent être attentifs aux mots, mais aussi à la façon dont ils sont prononcés et à la communication corporelle des personnes interrogées.

Les entretiens peuvent être structurés de la même manière qu’un questionnaire ou semi-structurés :

  • D’une part, les entretiens structurés suivent un ordre prédéfini de questions. L’enquêteur doit diriger plus rigoureusement l’entrevue, en posant des questions claires et en recadrant les entretiens si la même chose échappe à la portée de la question.
  • D’autre part, les entretiens semi-structurés suivent un ensemble de questions vagues. La personne interrogée a complètement la liberté et le temps de répondre à ces questions. Ainsi, ces entretiens ressemblent plus à des conversations qu’à des rapports de faits.

Les groupes de discussion

Cette approche s’intéresse à la collecte d’informations basées sur des expériences collectives plutôt qu’individuelles. Elle tente ainsi d’obtenir des normes et des comportements de groupe sur le sujet en question. En d’autres termes, son but est d’identifier les points convergents et divergents abordés par le groupe.

Les documents et archives

Les documents (numériques et papier) constituent une excellente source d’informations. Les images, les vidéos et toutes sortes de documents liés au sujet de l’évaluation sont pertinents. Cependant, les évaluateurs doivent vérifier les sources du matériel collecté ainsi que la date à laquelle ce matériel a été produit et si le contenu est toujours d’actualité.

En ce qui concerne la validation des données, une approche que les évaluateurs peuvent suivre consiste à synthétiser leur analyse des données collectées. Une fois le rapport de synthèse réalisé, ils peuvent l’envoyer à tous les participants (qui ont répondu aux questionnaires, entretiens, etc.) et leur demander de valider, modifier ou compléter les informations présentées. Il peut s’agir d’un processus itératif, dans lequel le rapport final servira de base à l’évaluation finale.

Mécanismes de notation l’interopérabilité

En ce qui concerne les mécanismes de notation, il existe trois types principaux : les mécanismes qualitatifs, quantitatifs et hybrides.

Le mécanisme de notation quantitative

Les mécanismes quantitatifs sont axés sur des mesures objectives fondées sur des preuves empiriques. Il favorise l’utilisation de l’analyse statistique, mathématique ou numérique des données.

Ces mécanismes quantifient les propriétés évaluées d’un système concerné, sans jugement qualitatif. De tels mécanismes peuvent notamment mesurer précisément la vitesse d’une voiture (par exemple, 150 km / h), la consommation d’énergie d’une maison (par exemple, 108 kWh), l’augmentation des ventes réalisées en un mois (par exemple, 46 %), etc. Un tel mécanisme à lui seul n’indiquera pas qu’une voiture est trop rapide, que la consommation d’énergie est adéquate ni que le pourcentage des ventes est inférieur aux attentes.

Dans le domaine des systèmes d’information, le mécanisme quantitatif est utile pour calculer la latence des données (c’est-à-dire le temps de stockage et de récupération des données d’un système), le nombre de relations sémantiques entre les modèles d’entreprise, la puissance de traitement d’un système, etc.

Le mécanisme de notation qualitative

Les mécanismes qualitatifs sont axés sur des mesures subjectives basées sur des expériences et des preuves empiriques. En effet, de tels mécanismes qualifient un système basé sur un modèle de notation prédéfini (implicite ou explicite).

Par exemple, les évaluations qualitatives seront admissibles si une voiture est extrêmement rapide, si un repas est trop épicé ou si un chiot est trop mignon. L’évaluation est en général basée sur l’expertise et les expériences de la personne ou du groupe de personnes qui évaluent le système concerné (par exemple, une voiture, une entreprise, un animal, etc.).

Dans la plupart des cas, ce type de système utilise une échelle de notation composée de variables linguistiques (par exemple, « Bon », « Optimisé » et « Adaptatif ») pour qualifier un système. Ce mécanisme est principalement utilisé par les modèles de maturité, c’et-à-dire des approches conçues pour évaluer la qualité (compétence, capacité, niveau de sophistication…) d’un domaine sélectionné.

Dans le domaine des systèmes d’information, ce mécanisme est principalement utilisé lors des entretiens pour recueillir l’impression des personnes interrogées sur les propriétés d’un système. Par exemple, sur la base de l’expérience de la personne interviewée et / ou des résultats de l’analyse numérique, l’enquêteur peut qualifier un système trop lent pour récupérer des données ou dans lequel l’alignement sémantique entre les systèmes est faible, ou spécifier que toute l’équipe est compétente pour effectuer des interopérations, etc.

Le mécanisme de notation hybride

Le mécanisme hybride a tendance à combiner à la fois des approches qualitatives et quantitatives. Par exemple, il peut utiliser des principes quantitatifs pour calculer une propriété spécifique d’un système (par exemple, la vitesse) et des principes qualitatifs pour construire une échelle de notation basée sur l’expérience et l’observation empirique, ou pour attribuer une signification à la propriété calculée (par exemple, de 0 à 100 km / h, le système est lent ; entre 100 et 200 km / h, il est rapide ; et plus de 200 km / h, il est extrêmement rapide).

Il peut également fonctionner à l’inverse, en commençant par un ensemble de scores qualitatifs et en les quantifiant. Par exemple, pour calculer le pourcentage de personnes qui ont répondu qu’une portion de nourriture est trop épicée uniquement en fonction de leur goût. En utilisant une échelle prédéfinie, nous pouvons alors déduire le niveau piquant de l’aliment. Par exemple, si plus de 60 % des personnes interrogées ont répondu que la nourriture est épicée, alors nous considérons la nourriture épicée.

Appliquées au domaine des systèmes d’information, de telles mesures nous donnent les moyens de quantifier et de qualifier un système basé sur des données empiriques et sur l’expérience. Par exemple, le nombre et la pertinence des relations sémantiques entre deux systèmes sont supérieurs au seuil défini pour permettre le bon déroulement de l’interopérabilité. Ainsi, nous pouvons classer les systèmes comme interopérables.

Approches existantes d’évaluation de l’interopérabilité

Les approches d’évaluation de l’interopérabilité sont des processus personnalisés. Chaque approche a son propre objectif. Elles peuvent ainsi se concentrer sur un domaine unique (par exemple, les soins de santé, la fabrication), utiliser plusieurs mécanismes, et aborder un type spécifique d’évaluation, ou un mélange d’aspects d’interopérabilité.

De nombreuses approches existantes fournissent une liste d’exigences d’interopérabilité potentielles qui peuvent être utilisées pendant l’évaluation compte tenu de leur objectif. Certains d’entre eux fournissent également les meilleures pratiques pour améliorer l’interopérabilité sur la base des résultats de l’évaluation. En revanche, rares sont ceux qui fournissent des outils pour soutenir le processus d’évaluation.

Ces approches peuvent être sélectionnées en fonction de la portée de l’évaluation. En effet, une ou plusieurs approches peuvent soutenir tout ou partie du projet d’évaluation. La sélection des approches est également basée sur les besoins des équipes d’évaluation et la disponibilité des ressources.

Par exemple, pour un contexte donné, l’équipe d’évaluation peut préférer utiliser une approche qui met l’accent sur les mécanismes qualitatifs, car elle considère les informations d’entrée comme subjectives.

Néanmoins, l’équipe d’évaluation peut également créer ses propres approches en fonction de son expertise et de la littérature existante. Cependant, les approches choisies doivent être comprises et convenues entre les organisations impliquées.

Les approches, qui sont des normes internationales, sont également plus aptes à être suivies. En effet, les normes définissent une terminologie unique et stipulent un ensemble de mécanismes généraux pouvant être utilisés par de nombreuses organisations. L’utilisation de normes réduit les erreurs d’interprétation lors du partage, de la comparaison et de la vérification des résultats d’évaluation.

Le tableau suivant présente certaines approches d’évaluation de l’interopérabilité.

ApprocheFocusAspect
ISO 11354-2:2015 Maturity Model for Enterprise Interoperability (MMEI)1,3EntreprisesSémantique, technique et organisationnel
Interoperability Maturity Assessment of a Public Service (IMAPS)4Administration publiqueJuridique, organisationnel, sémantique et technique
Interoperability Quick Assessment Toolkit (IQAT)5Administration publiqueSémantique et technique
The Organizational Interoperability Maturity Model (OIMM)6MilitaireOrganisationnel
The Levels of Information System Interoperability (LISI)7MilitaireTechnique et sémantique
Tableau 2. Normes d’évaluation de l’interopérabilité

Conclusion d’évaluation de l’interopérabilité

Dans cet article, nous avons présenté différents mécanismes pour faciliter l’évaluation des systèmes interopérables. Les résultats d’une telle évaluation servent à mettre en lumière les problématiques et les points d’amélioration des systèmes en question.

Afin d’avoir des résultats pertinents, les mécanismes d’évaluation doivent être éprouvés et utilisés correctement. Par conséquent, le choix des mécanismes est fondamental pour favoriser un bon déroulement de l’évaluation. 

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le et laissez vos commentaires 😉

bannière Meritis

Références

1.      Guédria, W., Naudet, Y. & Chen, D. Maturity model for enterprise interoperability. Enterprise Information Systems 9, 1–28 (2015).

2.      Panetto, H. et al. New perspectives for the future interoperable enterprise systems. Computers in Industry 79, 47–63 (2016).

3.      ISO 11354-2. ISO 11354-2:2015 – Advanced automation technologies and their applications — Requirements for establishing manufacturing enterprise process interoperability — Part 2: Maturity model for assessing enterprise interoperability. ISO/TC 184/SC 5. https://www.iso.org/standard/57019.html (2015).

4.      European Commission. Interoperability Maturity Assessment of a Public Service: IMAPS v1.1.1 User Guide. https://ec.europa.eu/isa2/solutions/imaps_en (2018).

5.      European Commission. Interoperability Quick Assessment Toolkit. https://ec.europa.eu/isa2/solutions/interoperability-quick-assessment-toolkit-iqat_en (2016).

6.      Fewell, S. & Clark, T. Organisational Interoperability: Evaluation and Further Development of the OIM Model. in Proceedings of the 8th International Command and Control Research and Technology Symposium (ICCRTS) (2003).

7.      C4ISR, US DoD. Levels of Information System Interoperability (LISI). (1998).

Pas encore de commentaires

Publier un commentaire

Auteur

Gabriel Da Silva Serapiao Leal

Au cours des six dernières années, Gabriel a été toujours appliqué à la résolution des problèmes liés aux systèmes d’informations quel que soit le domaine d’application. Titulaire d’un Doctorat en Informatique, il est attiré surtout par la inter-opérations entre systèmes complexes, la modélisation des systèmes et la transformation numérique.