Finance

Du métier à l’IT, l’avenir du conseil en finance

Publié le 10/06/2022 Par Meriteam

GAFAM, FinTech, AssurTech, blockchain, cryptomonnaies… Le secteur de la finance se transforme et, avec lui, le métier de consultant financier.
Désormais place à une double expertise IT – métier, synonyme de valeur ajoutée pour les consultants comme pour les acteurs de la finance. Les explications d’Adrien Becker, directeur de Meritis Finance.

Le monde de la finance fait sa révolution. Les banques sont de plus en plus concurrencées par les GAFAM, les Fins ou AssurTechs, la finance de marché est quant à elle disruptée par l’émergence de la blockchain et les cryptomonnaies… Dans ce contexte, la technologie est primordiale pour favoriser le développement des institutions assurantielles et financières, et leur permettre de répondre aux évolutions réglementaires, de proposer de nouveaux produits, de remporter de nouveaux clients, d’accompagner les nouveaux usages, de maîtriser les risques… Une multitude de transformations qui font de la double expertise métier – IT un avantage concurrentiel décisif. Adrien Becker, directeur de Meritis Finance, nous explique pourquoi.

Tout savoir sur les Hedge funds

Pourquoi le métier de consultant en finance doit-il évoluer ?

Adrien Becker : À l’image du secteur financier et des institutions bancaires, le conseil en finance est lui aussi en pleine transformation. Dans ce contexte de mutation, la capacité à accompagner les clients tout au long de la chaîne de valeur, du métier à l’IT, est un vrai facteur différenciant. Pourquoi ? Parce que les organisations informatiques auront du mal à adresser les enjeux financiers et, à l’inverse, les cabinets financiers ne pourront pas répondre aux défis technologiques.

Or aujourd’hui, il est impératif de réussir sur ces deux points. D’une part, parce que ce positionnement ouvre plus de passerelles pour les consultants ; et d’autre part, parce qu’il permet aux acteurs du secteur de bénéficier d’un haut niveau d’expertise sur l’ensemble de leurs problématiques. C’est pourquoi cette double expertise IT – Finance est aujourd’hui un vrai atout par rapport aux cabinets classiques.

Plus précisément, quels domaines d’expertise développer ?

Les profils doivent couvrir toute la chaîne métier jusqu’à la chaîne applicative, c’est-à-dire de l’ingénierie métier avec des profils financiers qui possèdent une expérience sectorielle de pointe jusqu’aux profils IT orientés développement applicatif destiné aux métiers. D’un point de vue fonctionnel, c’est donc très large.

Désormais, le secteur de la finance implique des ingénieurs financiers avec une expertise plus ou moins prononcée ; des consultants – chefs de projet ; des business analysts ; des développeurs informatiques ; des architectes ; des profils capables d’accompagner sur la méthodologie (agile, DevOps…) ; des experts cloud et cybersécurité…

Et d’un point de vue niveau d’expérience ?

C’est là aussi très ouvert à tous les niveaux de maturité, depuis les jeunes diplômés sortis d’école jusqu’aux profils très expérimentés. Plus le profil est senior, plus il sera expert et doté de compétences pointues en IT ou en finance. Chez les juniors, l’accent sera davantage mis sur leur capacité d’adaptation car ils seront régulièrement amenés à changer de client, de domaine, de banque, de projet…

Est-ce davantage une opportunité ou une contrainte pour les profils moins expérimentés ?

Cette multiplicité des expériences qu’ils pourront exercer en début de carrière est une vraie opportunité car elle leur permettra d’acquérir rapidement une vision globale de ce qui se fait sur la place financière de Paris. Pour eux, c’est la possibilité de tirer le meilleur parti de chaque expérience et d’apporter ainsi une forte valeur ajoutée lors d’une prise de poste à responsabilité. Ils seront alors plus à même de s’appuyer sur leurs connaissances.

Et pour les cabinets de conseil en finance ?

Leur véritable valeur ajoutée repose sur cette double expertise IT et financière, et cette capacité à accompagner les clients de A à Z dans un monde en pleine évolution et de plus en plus technologique. Aujourd’hui, même les profils métiers ont besoin d’avoir une expertise IT (en python par exemple), ce qui n’était pas le cas avant. Les compétences IT deviennent un prérequis, toute la chaîne de traitement de valeurs des clients devenant beaucoup plus informatisée.

En rejoignant un cabinet de conseil comme Meritis Finance, un profil financier sera ainsi sensibilisé aux techniques informatiques, là où un profil IT pourra acquérir une solide connaissance d’un secteur bancaire et se familiariser avec le jargon technique et ses produits spécifiques. Cette double compétence est aujourd’hui indispensable pour occuper un poste à responsabilité. Il est nécessaire de comprendre la banque et la finance, et le fonctionnement spécifique à ce monde.

Comment accompagner les consultants en finance dans cette mutation ?

Plusieurs dispositifs sont possibles, tout dépend de chaque cabinet. Chez Meritis Finace, nous avons par exemple mis en place un bureau technique composé d’experts dont le rôle est d’accompagner les équipes métiers – consultants, commerciaux et ressources humaines – dans leur quotidien ; et de donner la vision à la direction générale pour réussir à bien comprendre notre environnement et notre secteur.

Ce bureau technique regroupe donc des expertises IT mais aussi une expertise dédiée à la finance. Cette dernière est elle-même organisée autour de centres de compétences consacrés aux :

  1. Métiers du front-office, et des problématiques de compréhension du produit et du pricing ;
  2. Risques réglementaires ;
  3. Gestion d’actifs et asset management ;
  4. Métiers de l’assurance.

Un centre autour des métiers du back-office (réconciliation, comptabilité…) et un autre autour du retail sont également en cours de développement.

Comment fonctionnent ces centres de compétences ?

Leur objectif est multiple. Il s’agit :

  • D’animer une communauté de collaborateurs sur leurs sujets respectifs ;
  • D’apporter de l’expertise aux équipes commerciales dans la rédaction d’appels d’offres complexes ;
  • D’accompagner l’équipe marketing sur l’aspect brand content à travers la création de contenus, soit destinés aux clients entrants (livres blancs…), soit pour valoriser notre expertise auprès des candidats à travers notre blog ;
  • D’épauler également les ressources humaines sur la qualification et le recrutement de nouveaux profils ;
  • De participer à la création du parcours candidat et de savoir comment tester ses compétences : quels sont les prérequis minimum pour rejoindre Meritis Finance… 

À terme, nous souhaitons tourner nos expertises vers nos clients en organisant des tables rondes, des webinars, des communautés de clients… Voilà comment un consultant en finance pourra apporter toute sa valeur à ses clients.

Pour le consultant, c’est aussi la porte ouverte à de nouvelles perspectives d’évolution ?

Absolument, les opportunités d’intégration puis d’évolution sont très diverses grâce à cette double expertise. Chaque consultant pourra ainsi progresser step by step selon ses envies, soit verticalement, soit de façon transverse. Certaines passerelles sont en effet possibles, notamment pour évoluer de l’IT vers le métier financier. Mais de telles évolutions transverses nécessitent une réelle implication au bureau mais aussi en dehors. C’est pourquoi il est important d’accompagner chaque consultant de façon personnalisée.

Par exemple, un développeur qui émet le souhait de devenir business analyst par exemple, et à terme ingénieur financier, pourra suivre les formations requises, participer aux ateliers animés par les centres de compétences, bénéficier de l’expertise des consultants en interne, se créer un réseau, travailler sur des use cases… et ainsi s’approprier le métier de conseil en finance.

Ensuite, ce sont aussi les missions qui font une carrière. À chacun donc d’exprimer son souhait de changer de métier, de secteur, de mission, d’entreprise, d’expertise… Le monde de la finance offre une multitude parcours et de possibilités d’évolution.

Quelles sont les qualités requises chez un consultant en finance ?

Elles sont bien entendu multiples, à commencer par la curiosité : il faut des personnes intéressées par de nombreux sujets très différents. La passion bien sûr, que ce soit sur les hard skills ou sur le management. Je dirai également l’adaptabilité : à chaque client, sa culture d’entreprise donc il faut rapidement pouvoir passer de l’un à l’autre. La notion du service client est aussi indispensable : ici, vous êtes orientés service ET client. Et enfin la communication : il faut être capable d’échanger avec le client et de bien représenter le cabinet.

Le mot de la fin ?

Je dirais aux financiers purs que la partie projet et la partie informatique sont très intéressantes, et qu’elles représentent l’avenir de la banque. Donc en rejoignant un cabinet de conseil comme Meritis Finance, vous vous inscrivez dans l’avenir de votre secteur. À un profil IT, je lui dirais qu’il y a des défis passionnants dans la banque. C’est une industrie en plein bouleversement, qui doit se réinventer, qui fait face à de nombreuses disruptions et qui technologiquement parlant, n’en est qu’au début de sa transformation tant il y a à faire. Vous trouverez forcément du plaisir et des défis passionnants !


Adrien Becker

Adrien intègre Meritis il y a 10 ans en tant qu’Ingénieur d’Affaires. Il devient progressivement Responsable d’agence puis Directeur Associé. Il est également à la tête de la Business Unit Finance.

Adrien est diplômé l’IESEG Lille. (Master Finance)


Pas encore de commentaires

Publier un commentaire