Finance

Gestion du risque de change : quelles solutions pour les entreprises ?

Publié le 12/01/2022 Par Christophe El Harake

Le risque de change est une priorité pour les entreprises. Sur un marché en évolution, comment se couvrir contre le risque de variation des devises ? Les explications dans cet article.

Risque de change

Le marché des changes représente un des marchés financiers qui a le plus évolué au cours de l’histoire. Selon la Banque des règlements internationaux (BRI), en seulement trois ans, l’activité sur le marché des changes a bondi de 30 % pour atteindre le record de 6 590 milliards de dollars par jour. Les monnaies y cotent librement les unes par rapport aux autres, et forment des couples de monnaies ou des parités de devises. Sur ce marché, nous retrouvons donc tous les participants désireux de vendre ou d’acheter une devise contre une autre. Dans cet article, nous allons voir comment les entreprises peuvent se couvrir contre le risque de variation des devises.

Les cours de change sont déterminés de gré en gré [1]en prenant en compte plusieurs variables parfois difficiles à anticiper. Parmi lesquelles : les taux d’intérêt, les échanges commerciaux, l’inflation ou encore la stabilité politique. Désormais, ce risque de change est devenu une priorité pour les entreprises. Pour quelle raison ? Parce qu’une entreprise étrangère qui exporte / importe, ou investit en devise locale ou en USD peut être affectée positivement ou négativement par la variation du taux de change.

C’est pourquoi il est primordial pour une entreprise de connaître le cours de conversion en euros à l’instant T. En effet, entre la date de conclusion du contrat et la date de règlement, le cours de change des devises peut varier. De fait, un mouvement défavorable, c’est-à-dire contraire à l’anticipation de l’entreprise, pourrait nuire à la rentabilité de l’opération. C’est ce que l’on définit comme le risque de change.

 

Le marché des changes

Le Forex (Foreign Exchange), qui signifie marché des changes en français, représente le plus grand marché financier du monde avec plus de 5 300 milliards de dollars de transactions par jour sur les devises, d’après le rapport de la BRI. Soit le marché le plus vaste et le plus liquide au monde en termes de volume de transactions.

Qui intervient sur le marché des changes ?

Le Forex attire un grand nombre de participants :

  • En premier lieu, les entreprises qui réalisent le plus grand nombre de transactions journalières. Ces dernières concluent des contrats internationaux dans le but de se couvrir contre les fluctuations des cours et de garantir la stabilité de leurs revenus.
  • De même, les investisseurs institutionnels qui interviennent sur le Forex pour spéculer ou se protéger.
  • Enfin, les investisseurs particuliers qui représentent le plus faible pourcentage mais qui connaissent une croissance importante depuis quelques années, notamment grâce aux plateformes de trading.

Un marché de change dominé par le dollar

Nous pouvons constater que le dollar américain (USD) reste la monnaie de référence. Toujours selon le rapport de la BRI, 88,3 % des opérations réalisées sur le marché des changes portaient sur le dollar américain. En deuxième position mais loin derrière la monnaie de réserve mondiale, nous retrouvons la devise européenne. Le yen vient compléter le podium.

En termes de « couple de devises », EUR / USD représente une transaction sur quatre et arrive donc en tête.

Les points forts du marché des changes 

  • La liquidité sur le Forex est très élevée. Nous pouvons définir la liquidité sur le marché des changes comment étant la capacité d’une paire de devises d’être achetée ou vendue très rapidement. Une très grande liquidité signifie que les participants peuvent entrer et sortir à n’importe quel moment, et ce quel que soit le montant de la transaction. En d’autres termes, ces derniers trouveront toujours une contrepartie prête à acheter ou à vendre au prix demandé.
  • Le marché des changes possède une particularité par rapport aux autres marchés comme celui des actions. En effet, le Forex est ouvert 24 heures sur 24 et cinq jours sur sept. Par conséquent, cette ouverture quasi permanente du marché permet aux entreprises, aux investisseurs institutionnels et aux particuliers de réaliser des transactions quand ils le souhaitent. Cette variable est à prendre en compte, un évènement ou une décision politique pouvant influencer le cours d’une devise. Résultat, il est donc possible de réagir instantanément à n’importe quel événement.
  • La possibilité de réaliser des opérations très spéculatives à l’aide d’un effet de levier est en partie responsable de la popularité du trading Forex. Pour bien comprendre cet outil, nous pouvons définir ce terme comme un mécanisme permettant d’amplifier la capacité d’investissement du trader. Ainsi, un investisseur peut monter jusqu’à 400 fois le montant initialement investi. Par exemple, pour un dépôt de 1 000 USD, il est possible d’investir un montant total de 400 000 USD. Attention toutefois : il est important de rappeler que l’effet de levier s’accompagne de risques élevés. En effet, si l’effet de levier a un impact amplificateur sur les rendements positifs, il en va de même pour les pertes qui peuvent devenir très importantes en cas de chute des marchés.
  • Le marché action est composé de milliers de titres d’entreprise. Sur le marché des changes, les principales devises ne sont pas nombreuses, ce qui permet aux participants de surveiller de très près leur portefeuille.
  • Sur le Forex, les frais de transactions sont réduits. Les intermédiaires financiers se rémunèrent uniquement sur le spread, c’est-à-dire la différence entre le prix d’achat et le prix de vente.

La couverture contre le risque de change

Comme nous l’avons vu dans la première partie de l’article, le risque de change peut être défini comme étant l’incertitude du taux de change d’une devise par rapport à une autre, à court et à moyen terme. Pour les entreprises qui réalisent des opérations internationales, ne pas connaître quelle sera l’évolution du taux de change à trois ou à six mois peut devenir problématique.

Les entreprises qui réalisent des opérations internationales font face à trois types de risques de change :

  • Le risque de change de transaction : ce risque de change touche principalement les entreprises importatrices et/ou exportatrices. Il correspond à un mouvement défavorable du taux de change pendant la période entre la conclusion d’un contrat et la date du flux correspondant au règlement. Pour l’importateur, le risque est qu’il subisse une appréciation de la devise étrangère et donc payer plus cher. Dans le cas d’un exportateur, le risque est qu’il subisse une dépréciation de la devise étrangère et donc qu’il reçoive un flux moins important.
  • Le risque de change de conversion : ce risque touche principalement les entreprises qui détiennent des filiales à l’étranger. Ainsi, lors de la consolidation des comptes annuels de la filiale avec l’entreprise mère, le risque de change peut survenir lorsque le cours de la devise du pays dans lequel est implantée cette dernière est défavorable.
  • Le risque de change économique : ce risque touche principalement les entreprises étrangères dont la compétitivité peut être affectée à la suite d’une variation défavorable de sa devise. Par exemple, un exportateur européen pourrait voir ses ventes diminuer à l’étranger si en cas de forte appréciation de l’euro.

L’importance de la couverture de change

La couverture de change représente un outil indispensable pour se prémunir contre le risque de change. Ci-dessous, quelques raisons qui poussent les entreprises à se couvrir :

  • Se protéger contre un mouvement défavorable de la devise ;
  • Éliminer l’incertitude face au taux de change ;
  • Se focaliser sur les activités principales de l’entreprise ;
  • Contourner la complexité d’anticiper l’évolution des taux.

La protection contre le risque de change

Il existe des stratégies qui permettent de réduire, voire d’éliminer, les fluctuations de devises étrangères et aux entreprises de mieux supporter les périodes de forte volatilité. Pour rappel, la volatilité représente la variation de la valeur d’un produit financier et traduit, par conséquent, le risque qu’un actif financier perde de la valeur.

Les contrats à terme

Par définition, un contrat à terme représente un engagement d’acheter (pour l’acheteur) et/ou de vendre (pour le vendeur) un actif sous-jacent à un prix et à une date prédéterminée. Pour compléter cette définition, cet actif sous-jacent peut figurer sous plusieurs formes. Il peut s’agir d’un produit physique comme les matières premières, d’un instrument financier comme des actions ou des obligations, d’un taux d’intérêt, ou encore d’un indice boursier ou climatique.

Deux types de contrat à terme

Dans le cas d’une entreprise qui réalise des opérations internationales, le contrat à terme lui permet donc de se protéger contre un mouvement défavorable de la devise. Il existe deux types de contrats à terme :

  1. Le contrat à terme fermé : il oblige l’entreprise à utiliser le montant du contrat uniquement à la date d’échéance ;
  2. Le contrat à terme ouvert : il permet à l’entreprise de répartir le montant du contrat sur une période maximale d’un mois avant son échéance.

Déterminant du contrat à terme

Le calcul du taux à terme n’est pas lié aux anticipations de l’entreprise. Le taux du contrat à terme est déterminé à partir du taux de conversion du marché, c’est-à-dire le taux spot majoré ou minoré des points à terme.

La différence entre le cours spot et le cours à terme s’appelle les « points de terme ». Dans le cas de l’entreprise citée plus haut, les points à terme représentent la différence entre les taux d’intérêt des devises concernées.

Annulation du contrat

Un tel contrat ne peut être annulé. Cependant, si l’entreprise souhaite clôturer sa position, il faudra effectuer la transaction inverse :

  • Position longue (achat) + position short (vente) ;
  • Ou position short (vente) + position longue (achat).

Dans ce cas, l’entreprise pourra réaliser soit un gain soit une perte.

Le contrat à terme ne peut être annulé mais peut à l’inverse être reporté. L’entreprise devra à ce moment se tourner vers un swap de devises.

Avantages et inconvénients

Les contrats à termes présentent de nombreux avantages :

  • Protection contre un mouvement défavorable de la devise ;
  • Souplesse et flexibilité ;
  • Simplicité de mise en place.

Mais aussi quelques inconvénients :

  • Ils ne permettent pas à l’entreprise de bénéficier d’un mouvement favorable de la devise.
  • Le contrat à terme ne pouvant être annulé, l’entreprise doit être certaine de ses besoins et/ou de ses anticipations.

Les swaps de devises

Un swap de taux d’intérêt et de devises, ou encore cross currency swap en anglais, est très populaire auprès des entreprises ayant des entrées et des sorties de devises étrangères à des dates différentes. Cet outil de gestion est un accord bilatéral via lequel deux contreparties s’échangent des intérêt et des capitaux dans des devises différentes.

Fonctionnement d’un swap de devises

Par exemple, supposons qu’une entreprise commerciale ait besoin de 500 000 USD aujourd’hui et qu’elle anticipe une entrée de recevables d’un montant identique dans seulement six mois. Plutôt que d’acheter 500 000 USD au taux spot et d’attendre l’encaissement du même montant dans six mois, puis de les revendre au taux du marché, un swap de devises pourrait être utilisé.

Ainsi, l’entreprise commerciale peut effectuer la stratégie suivante : achat au taux spot de 500 000 USD puis vente simultanément via un contrat à terme de six mois. L’écart entre les deux taux proviendra seulement des points à terme. Grâce cette stratégie, elle évitera de s’exposer inutilement au risque de fluctuation du taux de change.

Le cross currency swap est donc la combinaison d’une transaction spot et d’un contrat à terme inverse.

Avantages et inconvénients

Les swaps de devises présentent de nombreux avantages :

  • Ils permettent de se couvrir contre le risque de change ;
  • Et de générer une baisse des coûts en profitant des différentiels de taux entre deux marchés.

Mais aussi quelques inconvénients :

  • Ils ne permettent pas à l’entreprise de bénéficier d’un mouvement favorable de la devise.
  • Le swap de devises ne pouvant être annulé, l’entreprise doit donc être certaine de ses besoins et/ou de ses anticipations.

Les options vanilles

Une option sur devise est une opération par laquelle une partie, le vendeur, confère le droit à l’autre partie, l’acheteur, d’échanger un certain montant en devises, à un cours donné, moyennant le paiement d’une prime, pendant une période ou à une date déterminée.

Cet outil de couverture conditionnel est ainsi utilisé par des importateurs (call sur la devise d’importation) ou des exportateurs (put sur la devise d’exportation) pour se protéger contre le risque de change.

Ainsi, l’acheteur d’un call ou d’un put possède le droit et non l’obligation d’acheter ou de vendre une certaine quantité de devises contre une autre à une date prédéterminée. L’acheteur doit ainsi payer une prime pour acquérir ce droit. De son côté, le vendeur d’un call ou d’un put a l’obligation d’exécuter des termes du contrat dès que l’acheteur demande à exercer l’option. Ce dernier reçoit alors la prime en contrepartie.

Déterminants d’une option

Ci-après les facteurs déterminants d’une option :

  • Prix d’exercice : correspond au cours choisi pour la transaction de change ;
  • Date de maturité : correspond à la date à laquelle ou jusqu’à laquelle peut être exercée l’option ;
  • Type d’option : si l’option est dite européenne (s’il est possible de l’exercer uniquement à son échéance) ou américaine (s’il est possible de l’exercer à tout moment jusqu’à son échéance) ;
  • Sous-jacent : correspond à la quantité de devises achetées ou vendues via l’option ;
  • Prime : exprimée en pourcentage du montant du contrat.

Ci-après les facteurs déterminants d’une prime :

  • Maturité de l’option ;
  • Niveau de protection choisi comparé au taux du marché ;
  • Volatilité anticipée ;
  • Quantité à couvrir.

Avantages et inconvénients

Les options présentent de nombreux avantages :

  • Protection contre un mouvement défavorable de la devise ;
  • Potentiel de gain illimité.

Mais aussi quelques inconvénients :

  • La prime payée n’est pas remboursable, peu importe si l’option est exercée ou pas.

Conclusion

Comme nous avons pu le constater dans l’article, le risque de change fait partie intégrante de la stratégie des entreprises qui réalisent des opérations internationales. Dès lors, plusieurs options et produits s’offrent aux entreprises, mais aussi aux investisseurs institutionnels et aux particuliers pour éliminer ce risque.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le et laissez vos commentaires 😉

bannière Meritis

Sources 


[1] Un marché est dit de « gré à gré » lorsque l’acheteur et le vendeur sont en relation bilatérale.

Pas encore de commentaires

Publier un commentaire

Auteur

Christophe El Harake

Titulaire d'un Master 2 en Finance de marché à l'Université Paris Dauphine, Christophe est passionné par les marchés financiers. Son objectif ? Rendre la finance accessible à tous ceux qui s’y intéressent, qu’ils disposent ou non de connaissances préalables, et favoriser l’éducation financière des individus.