Altcoins : non, il n’y a pas que le Bitcoin dans la vie !

[DOSSIER 3/3] Crypto-monnaies

Le marché des crypto-monnaies connaît un essor phénoménal, surtout depuis novembre. Les cours s’envolent, et dans la foulée du Bitcoin, crypto-monnaie de référence, de nombreuses devises virtuelles connaissent un engouement extrême de la part des investisseurs. L’occasion de découvrir les Altcoins, ces crypto-monnaies alternatives qui fleurissent sur les marchés et qui proposent des caractéristiques différentes à celles du Bitcoin. Objets spéculatifs, les Altcoins sont extrêmement volatiles. Antonin Gavrel, spécialiste des crypto-monnaies chez Meritis, nous en dit plus sur ces Altcoins.

Qu’est-ce qu’un Altcoin ?

Antonin Gavrel : Un Altcoin est une crypto-monnaie alternative au Bitcoin qui s’est construite autour de la blockchain. Le mot Altcoin vient de la contraction de Bitcoin et d’Alternative, et comme son nom l’indique, l’Altcoin vient concurrencer le Bitcoin car il offre aux utilisateurs de crypto-monnaie des options alternatives qui obligent les développeurs de Bitcoin à continuer d’innover. Ainsi, des groupes de développeurs, pour beaucoup attirés par les perspectives de devenir richissimes via une ICO (Initial Coin Offering), veulent introduire de l’innovation sur ce marché des monnaies virtuelles. Ces monnaies représentent autant d’alternatives différentes et présentent des noms qui leur sont propres ainsi qu’une ou plusieurs spécificités.

Combien dénombre-t-on d’Altcoins ?

Il en existe des centaines et de nouvelles apparaissent chaque semaine. Et toutes ne rencontrent pas le même succès. Certaines meurent et disparaissent alors que d’autres s’implantent durablement dans le paysage de la crypto-monnaie et voient leur capitalisation grimper en flèche. Le 12 décembre, le site coinmarketcap.com recensait 1343 crypto-monnaies différentes. Depuis quelques mois, et l’emballement du marché des monnaies virtuelles, la création de nouveaux Altcoins est exponentielle. Si le Bitcoin a été la première crypto-monnaie en 2009, les Altcoins ont rapidement suivi. Le premier Altcoin à voir le jour, le Namecoin, a été lancé en avril 2011.

Comment crée-t-on un Altcoin ?

Les crypto-monnaies décentralisent le contrôle de l’argent qui se trouvent entre les mains de ceux qui participent à son existence. Toutes ces monnaies sont autant d’alternatives permettant à la fois de diversifier le risque mais aussi de miner sans avoir recours à un matériel onéreux tel qu’il est nécessaire pour miner le Bitcoin. Actuellement, je suis l’heureux possesseur d’un mining rig comportant 8 GPU Nvidia GTX 1070. Cela me permet de miner l’équivalent d’1,5 Ethereum par mois pour un coût d’électricité de 100 euros. Le matériel est ainsi théoriquement rentabilisé en seulement un an. Cela permet aussi de chauffer gratuitement son appartement en hiver !

Comment se différencient les Altcoins entre eux ?

Il faut d’abord expliquer que chaque crypto-monnaie présente des caractéristiques différentes, pour venir « challenger » le Bitcoin et pallier des manques que pourrait présenter la crypto-monnaie de référence. Les blockchains ne travaillent pas sur les mêmes thématiques.

Ainsi, l’Ethereum, a permis le système de smart contract quand le Golem propose de la puissance de calcul en échange de tokens. Sia, offre quant à elle du Cloud service qui coute 10 fois moins cher que ceux existants. Pour Monero, c’est l’anonymat de ses utilisateurs qui prime. Steem veut concurrencer Reddit et Facebook en rémunérant ses utilisateurs blogueurs via un paiement de tokens en fonction de l’intérêt suscité par l’article. Monaco permet de payer avec n’importe quelle crypto-monnaie majeure via une carte de crédit et est déjà utilisée à Singapour. Enfin, HashGraph risque de révolutionner l’approche que l’on a du minage avec un système inédit de “rumeurs” qui permet d’éviter la fatale escalade du coût d’électricité pour résoudre une transaction. En effet, il est ridicule de dépenser 300 euros en électricité pour réaliser une transaction de 20 centimes. Ce ne sont que quelques exemples de « fonctionnalités » de crypto-monnaies qui proposent des solutions que le Bitcoin ne présente pas.

Néanmoins, on parle beaucoup du Bitcoin…

C’est vrai, mais ce n’est pas la seule monnaie virtuelle, loin s’en faut. Crypto-monnaie référente, le Bitcoin est ainsi devenu la pierre angulaire du marché des changes de devises virtuelles, car leur nombre a augmenté de manière exponentielle. On pourrait comparer le Bitcoin au dollar sur le marché des changes. Il ne s’agit heureusement pas de la seule monnaie sur Terre. Il en va de même pour le Bitcoin, qui donne encore la tendance du marché. Toutes les monnaies alternatives sont cotées en dollars mais aussi en Bitcoins, valeur de référence.

En termes de valorisation, (à la date du 8 janvier), le Bitcoin présente une capitalisation boursière de 263 milliards de dollars. Ethereum arrive en deuxième position avec 41 milliards de dollars, puis Bitcoin Cash avec 26,5 milliards de dollars. IOTA occupe la 4ee place de ce classement avec 10 milliards, suivi de près par Ripple, avec une capitalisation de 9, 4 milliards de dollars. Dash et Litecoin émargent à 5,3 milliards, Bitcoin Gold à 4,4 milliards et Monero à 4 milliards environ. Mais tout bouge extrêmement rapidement dans l’univers des Altcoins, ainsi, dans les deux semaines qui ont précédé le 8 octobre, 45 systèmes nouveaux ont été lancés et six figurent déjà aujourd’hui parmi les 100 premières monnaies virtuelles. Début mars, on recensait moins de 700 cyber-monnaies, contre près du double aujourd’hui. Le Bitcoin écrasait le marché avec 86% de leur capitalisation totale, Ethereum ne représentait que 6% et aucune des autres crypto-monnaies n’émargeait à 1% du total.

Je veux investir dans des Altcoins, quels sont les points à surveiller avant de me lancer ?

Une analyse méticuleuse est de rigueur avant d’investir dans des Altcoins. Il faut considérer plusieurs facteurs et avant toute chose, accepter l’extrême volatilité de ces valeurs. L’investisseur potentiel doit être attentif à l’innovation apportée par la crypto-monnaie. Ensuite, il revient d’envisager la concrétisation du projet en se basant sur le code déjà existant et la compétence de l’équipe des développeurs. La valorisation actuelle de la monnaie virtuelle mais surtout celle que l’on anticipe dans le futur est essentielle, bien que peu prévisible, Enfin, la fiabilité du top management doit être considérée ainsi qu’une analyse précise de son track record (son historique).

Avant tout, il s’agit d’éviter les scams (escroqueries). Le peu de réglementations et la complexité inhérente au domaine attirent des personnes sans scrupules prêtes à profiter du manque de connaissance des autres pour s’enrichir.

Sur le site Coin Market Cap, certaines monnaies recensées sont des escroqueries évidentes, même celles qui se vantent d’une importante capitalisation boursière. Le site explique que « presque toutes les crypto-monnaies ont été apparentées à une arnaque à un moment donné depuis leur création. Nous ne jugeons pas des mérites d’une crypto-monnaie, nous fournissons les meilleurs outils pour vous permettre de tirer vos propres conclusions. Tant qu’elle répond aux critères d’inscription, une crypto-monnaie est éligible pour être listée sur le site. »

Quelle est la tendance du marché pour 2018 ?

La volatilité extrême du marché, surtout depuis le second semestre 2017, rend les prévisions très difficiles. Selon David Burie, expert en crypto-monnaie chez Meritis (lien de redirection), le marché ne devrait cependant pas baisser en 2018, même s’il s’apparente à une bulle spéculative. Ce marché est réservé aux investisseurs présentant une excellente tolérance au risque. Les crypto-monnaies présentent des performances mais aussi des variations démesurées dues à la forte spéculation. Par ailleurs, le Bitcoin et les crypto-monnaies dans leur ensemble, profitent de la montée des risques politiques et des répercussions sur le marché des devises. Le Brexit, l’élection de Donald Trump au discours très protectionniste, ou encore la dévaluation du yuan en sont de bons exemples.

Dans le meme dossier

Laisser un commentaire

MERITIS ICI. ET LÀ.

Carte Meritis

Meritis Finance

5 – 7, rue d’Athènes
75009 Paris

+33 (0) 1 86 95 55 00

contact@meritis.fr

Meritis PACA

Les Algorithmes – Aristote B
2000 Route des Lucioles
06901  Sophia Antipolis Cedex

+33 (0) 4 22 46 31 00

contact@meritis-paca.fr

Meritis Technologies

5 – 7, rue d’Athènes
75009 Paris

contact@meritis-technologies.fr

+33 (0) 1 86 95 55 00

Meritis New York

1330 Avenue of the Americas
New York, NY États-Unis

+33 (0) 1 48 96 21 54
contact@meritis.fr

Meritis Londres

16, Great Queen Street, Covent Garden
London


Contactez-nous